14 Sep 2011

L’opinion publique est mélangée sur l’exploration du gaz de schiste

MONCTON : Les Néo-Brunswickois de Saint John et Moncton sont divisés en ce qui concerne l’exploration du gaz de schiste dans la province, toutefois il y a un plus grand support que l’opposition pour l’idée en principe, selon un sondage mené récemment par Corporate Research Associates Inc.

Presque la moitié (48 %) des résidents de Saint John supportent complètement ou la plupart du temps l’exploration du gaz de schiste au Nouveau-Brunswick par rapport à un tiers (33 %) des résidents qui l’opposent la plupart du temps ou l’opposent complètement. Les résultats à Moncton indiquent que 41 % des résidents supportent l’idée par rapport aux 36 % des résidents qui l’opposent. Dans les deux marchés, un nombre significatif d’environ 20 pour cent sont indécis.

« Tandis que ces groupes s’opposant à l’exploration du gaz de schiste ont été très actifs et vocaux récemment, ces résultats fournissent une indication que les Néo-Brunswickois situés dans deux des plus grands centres de la province restent d’abord toujours divisés sur la question » dit Don Mills, président de CRA.

La discussion autour de la « fracturation hydraulique », la méthode pour extraire les gisements de gaz naturel, a un impact sur l’opinion des résidents sur cette question. « L’opposition globale quant à l’exploration du gaz de schiste augmente tandis que le support diminue lorsque la question sur la fracturation hydraulique se présente » avise Mills, « mais le pourcentage des résidents qui sont indécis augmente aussi, indiquant la nature très complexe de cette question. » Lorsqu’on les demande s’ils supportent ou opposent l’exploration du gaz de schiste basée sur ce qu’ils connaissent ou ont entendu concernant la fracturation hydraulique, l’opposition augmente à 45 pour cent pour les résidents de Saint John par rapport à 27 pour cent qui supportent, et 41 pour cent pour les résidents de Moncton par rapport à 29 pour cent qui supportent dans ce marché. Dans chaque ville, presque 30 pour cent indiquent qu’ils sont indécis.

Une augmentation des emplois directs et indirects est mentionnée le plus souvent comme avantage économique principal résultant de l’exploration du gaz de schiste, citée par 50 pour cent des résidents de Saint John et plus de 30 pour cent des résidents de Moncton. Les incidences environnementales sont également identifiées, cependant, en tant que 22 pour cent des résidents de Saint John et 36 pour cent des résidents de Moncton mentionnent la pollution de l’eau de puits étant la plus importante question environnementale avec le développement ultérieur.
 
Ces résultats, qui font partie du document Urban Report de CRA, un sondage indépendant auprès des Néo-Brunswickois de Saint John et Moncton réalisé du 25 août au 3 septembre 2011 s’appuient sur un échantillon étendu de 300 Néo-Brunswickois dans chaque marché. Les résultats sont exacts à l’intérieur de + 5,7 points de pourcentage, 95 fois sur 100.

Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec : Don Mills, président-directeur général, au (902) 493-3838. 

This press release is also available in English.

Veuillez accéder le communiqué de presse en plein ici.


CRA