19 Jun 2013

Les résidents du Nouveau Brunswick s’inquiètent des dangers du gaz de schiste et des avantages économiques flous

HALIFAX. Les résidents du Nouveau Brunswick s’inquiètent des dangers du gaz de schiste et ils sont divisés pour ce qui est de savoir si le processus est important pour l’avenir économique de la province, selon les résultats du dernier sondage mené par Corporate Research Associates Inc.

La moitié (48 %) des résidents croient que le gaz de schiste est crucial ou important, mais sans être crucial pour l’avenir économique du Nouveau Brunswick tandis qu’une proportion similaire (44 %) de résidents croient qu’il n’est pas très important ou pas important du tout pour l’économie de la province. Les résidents du nord du Nouveau Brunswick sont moins susceptibles que ceux des autres régions de la province d’être d’avis que le gaz de schiste est important pour l’économie de la province, avec quatre résidents sur dix (40 %) accordant de l’importance au gaz de schiste, en comparaison avec 53 pour cent des résidents du sud du Nouveau Brunswick et 49 pour cent des résidents de la région de Moncton.

Quand on a demandé aux résidents du Nouveau Brunswick leur avis sur la sécurité de prospection gazière en matière de gaz de schiste et de le représenter sur une échelle de 1 à 10 où « 1 » signifie « pas sécuritaire du tout » et « 10 » signifie « extrêmement sécuritaire », on a obtenu une note moyenne de 3,9, ce qui indique que de nombreux résidents sont d’avis que ces activités ne sont pas sécuritaires. Les résidents du nord de la province (3,3) et de la région de Moncton (3,5) sont plus susceptibles de considérer que les activités prospection de l’industrie du gaz de schiste ne sont pas sécuritaires si on compare leurs réponses à celles de résidents du sud de la province (4,6).

« Compte tenu des importantes préoccupations liées à la sécurité du gaz de schiste et des avis mitigés au sujet de l’importance du  gaz de schiste pour l’avenir économique du Nouveau Brunswick », selon Don Mills, président-directeur général de Corporate Research Associates, « il est clair que le gouvernement et l’industrie devront surmonter des difficultés importantes et récurrentes pour l’exploitation du gaz de schiste au Nouveau Brunswick. »
 
Ces résultats, qui font partie du document Atlantic Quarterly® de CRA, un sondage indépendant auprès des adultes canadiens de l’Atlantique réalisé du 14 mai au 30 mai 2013 s’appuient sur un échantillon étendu de 400 Néo-Brunswickois. Les résultats sont exacts à l’intérieur de ±4,9 points de pourcentage, 95 fois sur 100.

Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec :
Don Mills, président-directeur général, au (902) 493-3838. 
Margaret Brigley, présidente et directrice des opérations, au (902) 493-3830.

Veuillez accéder le communiqué de presse en plein ici.

View full media release here.


CRA Corporate Research Associates